HISTORIQUE

LAPIA (qui signifie la Paix en NGAMBAYE, une langue du Tchad) est une association locale à but non lucratif qui a son siège social à Moundou, chef-lieu de la Province du Logone occidental situé au sud du Tchad.

LAPIA a commencé en 2018 ses premières activités d’appuis à un groupe des populations rurales. Elles constituent 78,1% de la population totale du Tchad, et elles sont les plus touchées par la situation de pauvreté du pays.

Les populations rurales n’ont presque pas accès aux infrastructures et services publics de base comme la santé, l’éducation, les routes. Nous, les membres fondateurs de l’association, étions indignés par cette pauvreté humiliante de populations rurales, nous avions commencé à apporter des aides ponctuelles à quelques villages.

Par souci de rendre efficaces nos volontés d’aide à ces populations défavorisées, nous avions déposé une demande de reconnaissance de notre association auprès des autorités politiques et administratives de la préfecture de Moundou. Les autorités ont répondu favorablement à notre demande en reconnaissant officiellement notre association LAPIA en avril 2020.

Nous avons choisi, pour notre association, l’éducation des enfants ruraux et la formation professionnelle des jeunes comme des secteurs stratégiques de lutte contre la pauvreté dans les zones rurales. Nous partageons la conviction que, lorsque les jeunes ont un bon niveau d’instruction et de formations professionnelles qualifiées, ils peuvent être acteurs de développement social de leurs territoires locaux en refusant le choix du chemin risqué de l’exode rural. Ils peuvent être membres actifs du processus de démocratisation du pays. Grâce à l’éducation, ils peuvent aussi avoir une bonne conscience personnelle qui leur permet de résister aux tentatives d’enrôlement des groupes terroristes qui sévissent dans certains pays du sahel.

Cependant, nous avions expérimenté que les problèmes de santé, manque de l’eau potable et de l’électricité, de faim, de malnutrition des enfants et la discrimination faite aux filles dans les populations rurales constituent autant de grands obstacles pour l’apprentissage des enfants à l’école. L’amélioration de la qualité éducative des enfants des zones rurales passe par l’amélioration des conditions de vie sociale de leurs familles. C’est pourquoi nous portons aussi avec ces populations, des projets de développement local qui visent à résoudre en amont les problèmes sociaux qui affectent l’efficacité de nos stratégies pour l’accès à l’éducation des enfants.